OL par

Sylvinho : "l'expulsion de Thiago Mendes nous a mis en difficulté"

Commentaire(s)
Malgré des points positifs, Sylvinho attend un changement au niveau de la mentalité.

Après avoir concédé une première défaite face à Montpellier le week-end dernier (1-0), l'OL a été tenu en échec à domicile par les Girondins de Bordeaux (1-1, analyse et notes). Plombés par l'expulsion de Thiago Mendes en deuxième période, les Gones ont craqué et ont laissé leur adversaire revenir à hauteur. "On a vu beaucoup de beaux gestes techniques, il y avait une chaleur accablante, et on a mené, mais on n'a pas su préserver notre avantage. L'expulsion de Thiago Mendes nous a mis en difficulté. Je veux revoir les images, elle me semble sévère" a déclaré Sylvinho après le match, ajoutant : "je suis triste, on a mené, et on a fini par se battre pour ne pas perdre ce match. On perd encore deux points et c'est ça qui me rend triste.

Au moment de dresser un bilan de ce premier mois de compétition, l'entraîneur brésilien estime que malgré le "talent" de ses attaquants, ce qui pénalise son équipe, "c'est de ne pas tuer le match". "On sait défendre en 4-5-1, on n'est pas mal sur les coups de pied arrêtés, et on a marqué neuf buts. Le problème, ce sont ces expulsions qui nous font perdre des points et nos difficultés à tuer le match. Quand vous commencez à construire, vous pouvez vous attendre à des hauts et des bas. On doit changer en partie la mentalité, mieux asseoir notre supériorité, avoir plus de conviction, ne pas perdre des points" a-t-il analysé. S'il est satisfait "de la manière dont les joueurs assimilent les concepts", Sylvinho considère qu'il reste du chemin à faire au niveau de la mentalité. "C'est plutôt la mentalité quand on perd des points qui me pose problème. Sur le terrain, il faut avoir envie de gagner, de se battre. C'est ça qui compte. Pour aller plus haut, il faut être prêt à jouer à fond chaque match. Pour être une grande équipe, il faut changer la mentalité des joueurs. Il faisait 35°C, mais à 1-0, ça devenait plus facile, les espaces s'ouvraient, il y avait des choses à faire, mais on a laissé le match filer. Il faut jouer 90 minutes pour marquer."